Les voitures électriques ne sont ecologiques

Ce jeudi 26 Juin 2014, le Jury de Déontologie de la Publicité (JDP), qui s’occupe de juger de la moralité des publicités (et bien plus), a estimé que les véhicules électriques, telles que les Bluecar de Bolloré (utilisées par les services Autolib à Paris, Bluely à Lyon…), la Zoé de Renault et toutes les autres, ne peuvent prétendre à être appelées « véhicules écologiques ».

UNE DÉCISION SUR LA DÉNOMINATION DES VOITURES ÉLECTRIQUES ATTENDUE

En Avril 2014 déjà, ce même jury avait décidé que la BlueCub (la BlueCar de Bolloré, utilisée en location dans la Communauté Urbaine de Bordeaux) avait fait les frais de publicités prônant l’argument écologique.

Le JDP, lié à l’Autorité de Régulation Professionnelle de la Publicité (ARPP), a ainsi jugé jeudi que les annonces publicitaires faisant la promotion du caractère écologique de ces voitures étaient infondées, car n’apportant aucune preuve ou élément de comparaison.

LES VOITURES ÉLECTRIQUES EN RÉALITÉ POLLUANTES DU DÉBUT À LA FIN

Cette décision concernant les voitures électriques vient avec un certain élément de surprise, car l’argument écologique est en effet relativement sensé, en comparaison avec les voitures à essence ou diesel.

Cependant, le JDP justifie sa décision en expliquant qu’il est nécessaire d’appuyer l’argument écologique avec des preuves solides. Et, à l’heure actuelle, les voitures électriques polluent, non pas à l’usage, mais en aval et en amont.

En effet, entre la construction, la maintenance, et le recyclage, l’utilisation des voitures électriques n’apporte que peu d’arguments en faveur de l’écologie : pièces détachées, électricité provenant de centrales nucléaires et à charbon… Il ne faut donc pas chercher bien loin, d’autant plus qu’aucune preuve n’est pour l’instant avancée : ni électricité « verte », ni pièces recyclées.

UN BILAN ÉCOLOGIQUE CEPENDANT POSITIF POUR LES VOITURES ÉLECTRIQUES

Malgré une avalanche de critiques, la voiture électrique reste largement moins polluante, notamment pour la qualité de l’air en milieu urbain. Au vu de la pollution créée, notamment par les véhicules diesels, toute amélioration est la bienvenue.

Et, malgré un certain manque d’argumentation écologique apposé à la construction des véhicules, il est possible de recycler à la fois les batteries, et les composants. Quant à l’électricité, il est désormais possible pour les entreprises de se fournir auprès d’EDF en électricité provenant de sources renouvelables. Un bon pas en avant, donc.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.